Kenya : Le pays sous la menace de nouvelles attaques

La prise d’otages, sur le campus universitaire de Garissa à l’est du Kenya, fait 148 morts, dont principalement des étudiants. L’attaque la plus meurtrière sur le sol kényan depuis celle contre l’ambassade américaine par Al-Qaïda en 1998 faisant 213 morts.

4659489_ide-kenya

Depuis une semaine, des rumeurs d’attaques circulent sur le campus universitaire de Garissa, à l’est du Kenya. Les étudiants y tiennent peu d’importance. Pourtant, jeudi, avant six heures du matin, un commando d’islamistes somaliens shebabs affilié à al-Qaïda s’approche du site. Les hommes abattent deux gardes à l’entrée et font irruption dans la résidence. Ils séparent les étudiants musulmans des non musulmans. Les étudiants identifiés comme musulmans sont mis à l’écart et épargnés. Les terroristes, dont le visage est recouvert d’un keffieh noir et blanc, ciblent en fait les chrétiens. La cruauté atteint son apogée lorsque les shebabs s’amusent avec les otages. Les rescapés rapportent l’horreur des scènes. Les islamistes font ramper leurs captifs dans des mares de sang ou téléphoner à leurs parents pour leur demander de réclamer un retrait des troupes kényanes de Somalie. Puis les tuent. Des étudiants se barbouillent du sang de leurs amis exécutés pour passer pour morts, alors que les islamistes passent de pièce en pièce à la recherche de personnes à abattre. Après 16 heures de terreur, les forces de sécurité kényanes donnent l’assaut tardivement. Alors que des colonnes d’assaut progressent dans le bâtiment, quatre assaillants déclenchent leurs ceintures d’explosifs. Le Centre national de gestion des catastrophes annonce la mort des quatre terroristes six heures plus tard.

Le lendemain du massacre, les responsables politiques kenyans, soutenus par la communauté internationale, affirment qu’ils ne se laisseront pas «intimider par les terroristes». Depuis, un couvre-feu est imposé jusqu’au 16 avril dans les trois comtés longeant la frontière somalienne, plus un quatrième limitrophe de celui de Garissa. L’enquête avance, deux jours après l’attaque sanglante. Après avoir pointé le nom de  Mohamed Mohamud, alias «Kuno», un ancien professeur qui officiait dans une école coranique de Garissa, comme étant le commanditaire présumé de cet assaut, les autorités kényanes annoncent avoir interpellé cinq personnes, soupçonnées d’être des «complices des assaillants». Deux d’entre eux ont été arrêtés à l’intérieur du site même de l’attaque, un Tanzanien et un vigile qui aurait aidé à l’entrée des assaillants. Enfin, les trois autres interpellés hors de l’établissement par les autorités kényanes sont suspectés d’être des « coordinateurs ». Ils ont été arrêtés alors qu’ils tentaient de fuir vers la Somalie.

Les islamistes shebabs somaliens, menacent désormais le Kenya d’un «nouveau bain de sang» si les troupes kényanes ne se retirent pas de Somalie. Affaiblis en Somalie, c’est par conséquence au Kenya que les shebabs , dans leur version « locale », sont les plus actifs, notamment sur la côte. Ce massacre s’inscrit dans la lignée de l’assaut du centre commercial Westgate ou d’une série de raids sur la côte kényane et dans la ville de Mandera frontalière de la Somalie, au cours desquels environ 160 personnes au total avaient été exécutées en 2014.

Ce samedi, le président kényan Uhuru Kenyatta annonce dans une allocution télévisée depuis la présidence, trois jours de deuil national à partir de dimanche.

De leur côté, en ce week-end de célébration de Pâques, le pape François et le Vatican haussent le ton. Le Souverain pontife dénonce «le silence complice» et «l’indifférence» devant la «furie djihadiste» qui frappe les chrétiens et vient encore de se déchaîner au Kenya. La dénonciation de la violence djihadiste a pris le pas sur tous les autres thèmes évoqués traditionnellement chaque année à Pâques.

Publicités
Cet article, publié dans International, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s