Le Pakistan lève son moratoire sur la peine de mort

Au lendemain du massacre d’une école de Peshawar au Nord-Ouest du Pakistan, le 16 décembre par les talibans pakistanais, faisant 141 morts, dont 132 enfants, les autorités du pays annoncent la levée partielle de son moratoire sur la peine de mort dans les affaires de terrorisme.

Manifestation contre la peine de mort au Pakistan

Manifestation contre la peine de mort au Pakistan

Ainsi, dès le 19 décembre, deux condamnés à mort sont tués. Cette peine n’avait pas été appliquée depuis 2008, à l’exception d’un soldat condamné en cour martiale, en novembre 2012. En effet, le pays respecte depuis six ans un moratoire sur la peine capitale. Ce maintien, avait permis au pays d’obtenir le statut « GSP+ », qui l’exempte de taxes sur ses exportations de textile, vers l’Union Européenne. Puis le 10 mars, les autorités lèvent en complètement le moratoire sur la peine capitale et accéléré les exécutions. Le numéro deux du ministère de l’Intérieur de la province du Baloutchistan (sud-ouest), Akbar Hussain Durrani confirme à l’AFP avoir reçu l’ordre de prendre « des mesures rapides pour les condamnés à mort dont les demandes de grâce ont été rejetées ».

Le gouvernement pakistanais confirme le changement de sa politique relative à la peine de mort. Il annonce que les exécutions vont reprendre pour tous les crimes punis de la peine capitale, et pas seulement pour les prisonniers reconnus coupables d’actes de « terrorisme ». Après la levée du moratoire, il a fallu attendre seulement sept jours pour assister à nouveau à des pendaisons au Pakistan. Le 17 mars, 12 condamnés ont été exécutés, le plus grand nombre d’exécutions en une seule journée depuis 2008. Le pays comptabilise, depuis la levée du moratoire au moins 65 exécutions. Désormais, même un coupable de meurtre, de viols ou d’enlèvement, ayant épuisé tous ses recours juridiques, incluant la grâce présidentielle, risque la potence. Son seul espoir, se trouve dans les mains des familles des victimes, en obtenant leur pardon. Dès lors les organisations de défense des droits de l’Homme, de l’ONU et de l’Union européen exhortent Islamabad à rétablir le moratoire. Selon Amnesty International, environ 8000 condamnés à mort se trouvent actuellement dans les prisons pakistanaises. Désormais la question se pose pour 1000 de ces prisonniers condamnés à mort et qui ont épuisé tous leurs recours.

La hausse « alarmante » des peines de morts prononcées dans le monde

Selon le dernier rapport annuel d’Amnesty International, publié le 1 avril, le nombre des condamnations à la peine capital augmentent en 2014. Une hausse de 28% par rapport à 2013 qui ne tient pas compte des statistiques de la Chine. En ce qui concerne les exécutions, les pays qui se retrouvent en haut de tableau sont l’Iran (289 exécutions reconnues et au moins 454 non reconnues par les autorités), l’Arabie saoudite (au moins 90),  puis l’Irak (au moins 61) et enfin les Etats-Unis (pour 35). Amnesty dénonce enfin une « hausse alarmante » des peines prononcées en Égypte et au Nigeria. Cependant même si les peines sont plus nombreuses, le rapport indique que l’exécution des sentences quant à elle est en baisse.

Publicités
Cet article, publié dans International, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s